Navigation

Stage

Highlights

Fluorescence Imaging

KARL STORZ – Proche infrarouge (NIR/ICG)

La lumière sous un autre jour

Le système proche infrarouge (NIR/ICG) de KARL STORZ permet de visualiser la répartition du produit de contraste fluorescent utilisé, ici le vert d’indocyanine (ICG).

Caractéristiques particulières :

  • Utilisation en lumière blanche standard ou pour l’imagerie par fluorescence
  • Mode fluorescence avec éclairage d’arrière-plan
  • Passage rapide du mode lumière blanche au mode ICG via une pédale de commande
  • Optiques pour interventions endoscopiques et pour chirurgie ouverte
  • Éclairage adéquat et accentuation des contrastes
Évaluation de la vascularisation d’une section de gros intestin chez un patient souffrant d’un cancer de l’intestin
Évaluation de la vascularisation d’une section de gros intestin chez un patient souffrant d’un cancer de l’intestin – Source : Prof. Luigi Boni, Université d’Insubrie, Varese, Italie

L’analyse de la vascularisation d’une section de gros intestin au moyen du système proche infrarouge (NIR/ICG) de KARL STORZ est à la fois simple et rapide. La surveillance de la propagation rapide de l’ICG dans les tissus permet d’identifier aisément les zones ischémiques.

  • Le diagnostic intra-opératoire direct permet de réduire, dans certains cas, la durée de l’opération
  • Analyse rapide de la vascularisation de la zone de résection ciblée
  • Les dérèglements dans la circulation sanguine peuvent être identifiés grâce à l’ICG et utilisés pour la résection
  • Les « repères » sous la surface tissulaire peuvent être visualisés en temps réel
Cholangiographie fluorescente lors d’une cholécystectomie
Cholangiographie fluorescente lors d’une cholécystectomie – Source : Prof. Luigi Boni, Université d’Insubrie, Varese, Italie

L’ICG administré en intraveineuse s’accumule naturellement dans les voies biliaires. Le système proche infrarouge (NIR/ICG) de KARL STORZ active la fluorescence de l’ICG accumulé. Ceci permet d’identifier rapidement l’anatomie du système biliaire. Le passage du mode lumière blanche au mode fluorescence se fait en appuyant sur une pédale. Les cholécystectomies peuvent ainsi être réalisées par chirurgie ouverte ou laparoscopique.

  • La visualisation du système biliaire au moyen de l’ICG permet d’identifier facilement le conduit cystique, le canal cholédoque et la veine porte
  • Visualisation des fuites intra-opératoires avec l’ICG
  • Les interventions ouvertes et mini-invasives peuvent être réalisées avec la même colonne vidéo; seules les optiques doivent être remplacées
  • La solution tout-en-un permet de réaliser des interventions par endoscopie, laparoscopie ou chirurgie ouverte
Colectomie laparoscopique du côlon transverse avec lymphadénectomie assistée par fluorescence
Colectomie laparoscopique du côlon transverse avec lymphadénectomie assistée par fluorescence – Source : Prof. Luigi Boni, Université d’Insubrie, Varese, Italie

La visualisation des vaisseaux lymphatiques est très utile pour de nombreuses applications. Le système proche infrarouge (NIR/ICG) de KARL STORZ permet de visualiser l’ICG dans les vaisseaux lymphatiques. Cette technique rend possible le contrôle visuel et le guidage de l’opérateur.

  • Le proche infrarouge permet la détection intra-opératoire des ganglions lymphatiques sentinelles mais également du système lymphatique tout entier
  • Visualisation sans irradiation des vaisseaux et ganglions lymphatiques efférents en cas de possible métastase lymphogène
  • Permet la lymphadénectomie
  • Taux de réussite élevé par rapport aux méthodes validées de visualisation des ganglions lymphatiques
Anastomose endoscopique du côlon – Source : Prof. Luigi Boni, University of Insubria, Varese, Italie (Image endoscopique)
Anastomose endoscopique du côlon – Source : Prof. Luigi Boni, University of Insubria, Varese, Italie (Image endoscopique)

Le système de proche infrarouge de KARL STORZ (NIR/ICG) permet de vérifier la circulation sanguine colique. L’angiographie en fluorescence NIR/ICG est une solution intra-opératoire qui donne aux chirurgiens en laparoscopie la possibilité de contrôler visuellement et en temps réel une anastomose puisqu’il leur est impossible de le faire par palpation.

L’angiographie en fluorescence NIR/ICG est pratiquée par le chirurgien pour vérifier la vascularisation à l’intérieur de la portion saine de l’intestin avant de procéder à la suture par agrafes et de répéter ce même geste immédiatement après avoir pratiqué l’anastomose. Administré par intraveineuse, le vert d’indocyanine devient fluorescent sous l’effet de la lumière proche infrarouge et permet ainsi de différencier les tissus vascularisés des zones ischémiques. Le chirurgien obtient la confirmation visuelle que la portion intestinale saine est bien vascularisée. Dans le cas contraire, il peut aussitôt intervenir et rectifier l’anastomose.

L’organisation mondiale de la santé (WHO – World Health Organization) a recensé 694 000 décès par cancer colorectal dans le monde en 2012. Ce type de cancer représente, de par sa fréquence, le troisième cancer chez l’homme. Dans la plupart des cas, une opération radicale constitue l’unique chance de guérison.
La qualité d’une anastomose colorectale joue un rôle important dans le processus de guérison lié à une opération radicale. La vascularisation du segment intestinal anastomosé est décisive. Le taux de fuite anastomotique faisant suite aux anastomoses rectales et coliques est de 7,2%, tandis que celui lié aux anastomoses rectales seules est de 8,8%1. Il en résulte un taux de mortalité de 6 à 22% et un taux de morbidité de 56% en comparaison aux patients ne présentant aucune fuite anastomotique suite à une anastomose colorectale2.

Le système d’angiographie en fluorescence NIR/ICG de KARL STORZ permet de contrôler visuellement les limites des zones ischémiques. Une étude actuelle3 rapporte l’abaissement du taux de fuite anastomotique à 0% lorsque le procédé d’imagerie NIR/ICG est utilisé pour vérifier la vascularisation.

1. Pommergaard HC, et al. Colorectal Dis. 2014.
2. Daams F, et al. World J Gastroenterol. 2013.
3. Boni L, et al. Surg. Endos. 2015.

Source : Prof. Boni, University of Insubria, Varèse, Italie (Image endoscopique)

Le système proche infrarouge (NIR/ICG) de KARL STORZ et le marqueur vert d’indocyanine (ICG) permettent de visualiser une tumeur dans le réseau lymphatique en temps réel et en condition non radio-active.

Ce système présente les caractéristiques suivantes :

  • Méthode non radioactive de détection des ganglions lymphatiques
  • Emploi multidisciplinaire
  • Technologie à base de xénon (aucune mesure de protection anti-laser requise)
  • Passage du mode standard de lumière blanche au mode fluorescent via la pédale de commande
  • Des médecins décrivent leur expérience chirurgicale en ces termes : « le système NIR/ICG permet de minimiser le caractère radical d’une lymphadénectomie tout en favorisant la résection « en bloc » des ganglions lymphatiques grâce au contrôle visuel. »

* La détection des ganglions lymphatiques sentinelles (GS) par injection intradermique de vert d’indocyanine est autorisée en Italie (cancer du sein), au Japon et en Russie. Se renseigner auprès du centre hospitalier local pour toute information concernant les modalités et les possibilités d’une utilisation non labélisée ou « off-label » de l’ICG.

Source : Prof. Cadière, Université Saint-Pierre, Bruxelles, Belgique (image endoscopique)

En gynécologie, le ganglion lymphatique sentinelle (GS) touché par la tumeur fournit des informations médicales importantes car il permet d’évaluer l’extension de la tumeur et d’établir un pronostic. En chirurgie mammaire, la détection d’un ganglion lymphatique sentinelle (GS) s’effectue au moyen du marqueur radio-actif 99mTc. Dans les autres domaines de la chirurgie des tumeurs en gynécologie, l’utilisation de ce marqueur par rapport à l’exérèse du ganglion est contestée. L’imagerie dans le proche infrarouge au moyen du vert d’indocyanine peut, dans ce cas de figure, fournir une technique d’imagerie non radio-active alternative1.

Résultats GS en présence d’un carcinome de l’endomètre (marqueur radio-actif 99mTc comparé à l’ICG) :

 

Marqueur radio-actif 99mTc

ICG

Taux de détection total GS

GS bilatéral

Taux de détection total GS

GS bilatéral

Etude 12

 83 %  61 %  95,5 %  95,5 %

1 Papadia et al., brochure argentée, Mapping des ganglions lymphatiques sentinelles par fluorescence NIR/ICG en présence de tumeurs malignes en gynécologie (ISBN 978-3-89756-931-7)

2 Imboden et al., Surg. Oncol. 2015

Source : Prof. Boni, University of Insubria, Varèse, Italie (Image endoscopique)

La visualisation assistée par fluorescence du réseau lymphatique au moyen du système NIR/ICG de KARL STORZ est utile dans plusieurs autres disciplines médicales. Les exemples suivants sont issus de la littérature médicale :

Urologie 1,2 :

  • Carcinome de la prostate
  • Cancer du pénis

Chirurgie générale 3,4 :

  • Cancer du côlon
  • Cancer du pancréas
  • Cancer de l’estomac

1 Jeschke et al. 2012
2 Hruby et al. 2015
3 Boni et al. 2014
4 Boni et al., Silverbroschüre, NIR/ICG-Fluoreszenzbildgebung in der laparoskopischen Chirurgie (ISBN 978-3-89756-933-1)

Source : Dr García Valdecasas, Hospital Clínic de Barcelona, Espagne

Dans le cadre de la visualisation du système lymphatique en chirurgie ouverte, KARL STORZ propose l’emploi combiné de l’exoscope VITOM® II ICG et du système NIR/ICG.

  • Détection des ganglions lymphatiques à l’aide de la fluorescence, dans différentes disciplines médicales, également en chirurgie ouverte (par exemple en gynécologie en présence d’un carcinome mammaire)
  • Exoscope utilisable par le chirurgien dans le champ opératoire au moyen d’un bras support articulé
  • Accentuation du constraste des images obtenues à l’écran grâce au mode de visualisation SPECTRA A

Diagnostic photodynamique (PDD)

Caractéristiques particulières :

  • Système PDD complet pour le diagnostic, le traitement et les soins postopératoires
  • Excellente qualité d’image pour le système fl exible et rigide, aussi bien en mode lumière blanche qu’en mode PDD
  • Coûts réduits grâce à la compatibilité des composants et à des solutions adaptées au client
  • Sécurité de l’utilisateur avec le PDD-QAT

La lumière bleue et les endoscopes spécialement adaptés rendent visibles à l'examen ce qui ne l'est pas sous lumière usuelle.

Le diagnostic photodynamique (PDD) permet de distinguer de façon précoce les limites des altérations malignes par rapport aux tissus sains. Pour cela, une lumière appartenant à une plage spectrale spécifique est envoyée par endoscopie dans le corps, via un système de conducteur de lumière, quasiment sans perte.

Le cœur de l'unité PDD est la source de lumière D-LIGHT C. Après instillation d'une substance de marquage, le mode fluorescence permet une différenciation contrastée des tissus sains et des tissus tumoraux : les zones tumorales de la vessie apparaissent en fluorescence de couleur rouge sous la lumière d'excitation du système D-LIGHT C. Il est ainsi plus facile de mettre en évidence les lésions néoplastiques, telles que les dysplasies et les carcinomes in situ, qui pourraient se dissimuler dans une muqueuse normale ou altérée de manière non spécifique par une inflammation ; il en va de même pour les petites tumeurs papillaires. La seule lumière blanche ne permet pas d'obtenir une telle représentation différenciée et le risque est grand de ne pas remarquer ces résultats de façon précoce.

C'est en 1995 que KARL STORZ a mis le premier système de diagnostic photodynamique sur le marché. Un système intègre des composants parfaitement accordés entre eux : la source de lumière hautes performances D-LIGHT C, des optiques spéciales et une endo-caméra particulièrement sensible à la lumière. Le PDD est lié à l'utilisation de substances de marquage adaptées et homologuées.

Autofluorescence (AF)

Caractéristiques particulières :

  • Qualité d’image excellente dans les deux modes d’observation – grâce à la technologie basée sur une puce vidéo CCD et la fonction auto-focus intégrée
  • Transmission optimale du mouvement de l’extrémité distale, répondant fidèlement aux commandes – due à la robustesse de la chemise d’introduction conçue dans des matériaux sophistiqués
  • Travail précis et confortable lors de l’intervention – grâce à la poignée ergonomique et légère
  • Passage rapide du mode de bronchoscopie sous lumière blanche au mode autofluorescent – par simple pression sur la touche de fonction

La méthode par autofluorescence (AF) permet de distinguer de façon précoce les altérations malignes des tissus sains. La méthode par autofluorescence s'appuie sur le fait que, sous la muqueuse, se trouvent des substances qui sont excitées par la lumière à une longueur d'onde déterminée. Les résultats pathologiques sont représentés sous forme de taches sombres sur un arrière-plan couleur vert-pomme (tissus sains).

La lumière bleue et les endoscopes spécialement adaptés rendent visibles à l'examen ce qui ne l'est pas sous lumière usuelle. Pour cela, une lumière appartenant à une plage spectrale spécifique est envoyée par endoscopie dans le corps, via un système de conducteur de lumière, quasiment sans perte. Le grand avantage de ce système est qu'aucune substance de marquage n'est nécessaire. L'un des domaines d'application est le diagnostic précoce du carcinome bronchique.

Le cœur de l'unité AF de KARL STORZ est la source de lumière D-LIGHT C/AF. Le mode fluorescence permet une différenciation contrastée des tissus sains et des tissus tumoraux.
Les domaines d'application de l'AF sont l'ORL, la bronchoscopie, la laparoscopie ainsi que les indications gynécologiques.